La pêche au gros

On réussit donc de belles prises toute l'année. Nombreux sont les amateurs venus d'Europe et d'Afrique du Sud pour se lancer à la poursuite des poissons de combat — parfois vainqueurs du pêcheur — au cours de luttes épiques qui laissent l'amateur pantelant d'émotions et d'efforts... Au premier rang de ces grands combattants de la mer, l'espadon ou empereur voilier, le plus convoité des trophées. L'île Maurice détint longtemps le record du monde avec un marlin bleu qui pesait 552 kg (exposé à l'hôtel de Trou-aux-Biches) et fut capturé au large de la Rivière Noire en 1966. Ajoutons à la phalange des poissons de combat, les carangues (hippos caranx) dont les plus gros spécimens atteignent 55 kg. Le thon blanc (Gymnosarda Unicolor) 90 kg, le thon jaune (Thunnus albacora) 103,5 kg, la bécune (Acanthocybium Solandri) 61 kg, la daurade (Cory-phaena Hippurus) 27 kg et la bonite (Euthynnus Pelamis) 20,5 kg. Le requin marteau a été récemment classé «game fish» et en 1980 Maurice détint un autre record du monde.


Quelques hôtels disposent d'une bonne organisation. Mais il existe des spécialistes de la pêche au « tout gros» qui offrent à la clientèle des bateaux très confortables (catégorie Flippers de 12 mètres avec 2 moteurs diesel) spécialement aménagés avec un équipage compétent et tout le confort nécessaire : radio de liaison, matériel de pêche de haute qualité.
Les bateaux peuvent être loués individuellement ou collectivement en s'entendant au préalable avec d'autres amateurs. Des compétitions de pêche internationales ont lieu à Maurice