Géographie et Climat

Des sommets qui se franchissent sans efforts


Du nord, une large plaine ondulante s'élève graduellement vers un plateau central avec une altitude moyenne de 460 mètres avant de descendre rapidement vers le littoral sud et ouest. Il existe trois principales chaînes de montagnes avec des sommets élevés. Etranges montagnes mauriciennes, plus remarquables souvent par leur délicat profil ou la douceur du principal massif orienté vers le sud-est ou le sud, que par leur masse imposante et tourmentée. Dans le massif sud-est, dominant la Rivière-Noire, se situe la plus haute montagne de l'île Maurice : le Piton de la Rivière-Noire (813 m) que l'on gravit facilement en partant du plateau de la Plaine-Champagne dans la quiétude d'un paysage de forêts et d'arbustes.
Une autre chaîne de montagnes donne un merveilleux relief au paysage de la baie du Grand-Port, dominée par le sommet du Lion, et se termine à la pointe du Diable, à l'est de l'île.
Une troisième chaîne spectaculaire orientée vers l'ouest s'ouvre pour protéger la rade de Port-Louis des vents du sud-est, domine le Pouce (795 m), tandis que vers l'est se dresse le Pieter Both, la plus imposante de nos montagnes à peine moins haute — ou plus basse ! — que le Piton de la Rivière-Noire avec ses 806 mètres. Celle-là, avec quelques autres comme la montagne du Rempart (760 m), à la Rivière-Noire, arête tranchante comme un aileron de requin, les Trois-Mamelles et le bloc carré du Morne-Brabant (243 m) dans le même quartier, fait oublier la douceur des montagnes mauriciennes. Elles ont leur chantre avec le livre que leur a consacré le poète philosophe Malcolm de Chazal, Petrusmok, mythe étrange et envoûtant.
L'île est sillonnée, sauf dans le nord, de nombreuses rivières, mais à la grande déception des amateurs, elles ne sont guère navigables, si l'on excepte certaines embouchures. La Grande-Rivière Sud-Est est la plus longue (34 km).

Climat


La situation géographique de l'île Maurice lui vaut un été tropical adouci sur les hauts plateaux, et un hiver très tempéré.
La saison chaude va de décembre à fin avril tandis que la saison tempérée dont les trois mois d'un hiver peu cruel — juin, juillet, août — s'étend de mai à novembre. Mais il arrive que les saisons reculent, ou débordent ces frontières aux limites incertaines. Il n'existe pas pour ainsi dire, de printemps et d'automne sur cette île où l'été comme l'hiver, le crépuscule est bref. Mais les mois de transition, mai et même juin et de l'autre côté du solstice d'hiver, octobre et novembre, sont les mois les plus doux avec les premiers frissons de froidure après les chaleurs de l'été en mai, et la douce tiédeur naissante de l'été en octobre.
Les températures oscillent autour de 28 °C sur le littoral en été pendant le jour et autour de 25 °C sur le haut plateau où se trouvent Cure-pipe et Vacoas, tandis qu'en hiver elles fluctuent autour de 25 °C sur le littoral. La nuit, en été comme en hiver, le thermomètre descend de quelque cinq ou six degrés. Parfois davantage. Les températures minimales jamais enregistrées en hiver dans le centre de l'île ont été de 6 degrés. La moyenne serait de l'ordre de 19 °C, les pointes de froid coïncidant généralement avec le beau temps.

Une mer toujours chaude, les lagons, la plage...

Un humoriste qui avait sans doute connu l'une de ces mauvaises années qui laissent des souvenirs peu agréables, avait écrit qu'il y avait à Maurice seulement deux saisons : la petite saison des grandes pluies et la grande saison des petites pluies! La saison des grosses pluies qui est aussi celle des cyclones qui nous visitent parfois, va de janvier à avril surtout, avec des orages accompagnant des précipitations localisées abondantes que l'on ne retrouve guère dans les autres mois. En hiver, les hauts plateaux connaissent assez souvent un climat assez humide, avec ces petites pluies qui entretiennent une humidité désagréable lorsqu'elles se prolongent plusieurs jours. L'île Maurice est soumise au régime des alizés du sud-est.
Même en hiver, la mer n'est jamais très froide et une température qui semble basse pour les Mauriciens, ne l'est guère pour le visiteur : une moyenne de 22 à 25 degrés, avec des pointes rarement inférieures.