Les timbres

Ensuite la Suisse et le Brésil en 1843. Trinidad et les Etats-Unis imprimèrent des timbres en 1847 qui est un très grand millésime philatélique avec le fameux Post Office mauricien qui hante les rêves de tous les philatélistes!

Des invitations valant une fortune


Célébrité associée à un grand bal que donna Lady Gomm, la femme du gouverneur, le 30 septembre 1847 à l'hôtel du gouvernement, à Port-Louis. 500 timbres de 1 penny et 500 timbres de 2 pences avaient été imprimés avec l'effigie de la reine Victoria, et un certain nombre furent utilisés pour les invitations au bal. Mais la philatélie naquit quelques années plus tard...

De toute façon, il ne reste aujourd'hui dans le monde que 29 Post Office en comptant ceux qui figurent sur les trois enveloppes des invitations au bal. Lady Gomm, ce jour-là, distribuait ainsi à ses invités — ou à leurs descendants ! — une manne fabuleuse puisque le cours de ces timbres aujourd'hui laisse rêveur... Quant à l'enveloppe avec deux timbres de 1 penny, adressée à M. Jerrom à Bombay, elle fut vendue aux enchères en 1968 pour le prix de 380000 dollars ! Des Post Office figurent dans la collection de Sa Majesté la reine Elisabeth II tandis qu'un richissime collectionneur japonais en possède 7 ! Une véritable fortune... Outre un grand nombre de Post Paid...

L'on dit que c'est à la suite d'une erreur — heureuse pour le philatéliste ! — que les mots Post Office (bureau de poste) furent imprimés au lieu de Post Paid (poste payée). Cette dernière appellation — sans doute plus appropriée — figure sur la série imprimée en 1848. Ces timbres ont beaucoup de valeur, considérablement moindre cependant que l'illustre Post Office. Il en existe deux exemplaires en parfait état à l'île Maurice qui cependant, par une cruelle ironie du sort ne possède aucun Post Office, le dernier ayant émigré vers l'Europe voilà un demi siècle ! Précurseurs des timbres, les cachets de poste, ou marques postales, offrent beaucoup d'intérêt.
Les timbres de l'île Maurice continuent à offrir un grand intérêt aux collectionneurs pour la diversité des émissions comme pour leur qualité d'exécution : fleurs, fruits, oiseaux, paysages, personnages célèbres, eux aussi parfois victimes de ces erreurs qui font le bonheur des philatélistes, sans prétendre pourtant connaître la prodigieuse aventure du Post Office...
Une organisation propose à ceux qui s'intéressent aux nouvelles émissions, y compris les « enveloppes du premier jour », un service d'abonnement moyennant le paiement supplémentaire d'une commission et des frais d'envoi.